FEBETRA : « le marché n’est pas encore mûr pour une libéralisation du cabotage »

FEBETRA : « le marché n’est pas encore mûr pour une libéralisation du cabotage »

La FEBETRA demeure d’avis que le marché n’est pas encore mûr pour une libéralisation du cabotage. Les différences qui demeurent au niveau fiscal, mais surtout au niveau social, sont encore bien trop importatntes pour permettre un fonctionnement harmonieux du marché. Les options politiques qui sont avancées par la Commission européenne ne seront envisageables que lorsque la cacophonie actuelle au niveau social, qui est source de concurrence déloyale, se sera transformée en une symphonie plus ou moins achevée.

La FEBETRA reste d’avis que les restrictions quantitatives existantes  doivent être maintenues et que la Commission européenne doit s’atteler à une interprétation uniforme et contraignante pour tous les Etats-membres des règles en matière de cabotage. Ainsi, la différence  par exemple entre une opération de cabotage d’une part et une traction initiale ou finale dans le cadre d’un transport combiné, pour lequel il n’existe pas de contraintes quantitatives, doit être clairement définie. Tant les transporteurs, que les instances de contrôle ont intérêt à ce que les règles soient claires, univoques pour tout le monde et identiques dans toute l’UE.

La FEBETRA tient à souligner que le cabotage doit être contrôlé. Les barrières linguistiques ne peuvent être invoquées comme excuse pour laisser le champ libre aux caboteurs. Les instances de contrôle belges et étrangères doivent collaborer plus étroitement afin d’éviter que toutes sortes de pratiques peu orthodoxes anéantissent les efforts considérables que le secteur du transport a fait afin de se professionnaliser.

26/04/2013
Recent news

More news >>