Febetra : « Il faut absolument résorber notre handicap salarial »

Febetra : « Il faut absolument résorber notre handicap salarial »

« Le transport routier belge traverse une période particulièrement difficile. Même si la conjoncture économique s’améliorait contre toute attente dans les tout prochains mois, le transport routier belge resterait extrêmement vulnérable. Avec le statut unique qui doit être solutionné d’ici le 8 juillet 2013, une épée de Damoclès pend au-dessus de la tête du secteur. Dans son arrêt du 7 juillet 2011, la Cour constitutionnelle a accordé au législateur un délai de 2 ans pour supprimer les discriminations qui existent entre ouvriers et employés au niveau des délais de préavis et du jour de carence. Dans un secteur comme le transport routier qui compte nettement plus d’ouvriers que d’employés, il sera particulièrement difficile de mener cet exercice à bien sans surcoût. La solution finale devra en toute hypothèse passer avec brio le test d’un benchmark international. S’il y a une chose qui reste à quelques mois de la date fatidique du 8juillet 2013 particulièrement claire pour la FEBETRA, c’est qu’il est hors de question de pénaliser encore plus nos entreprises de transport qui sont déjà fortement handicapées par des coûts salariaux nettement plus élevés qu’à l’étranger. »

« Les transporteurs belges ne cessent de perdre des parts de marché parce qu’ils ne sont plus compétitifs. Le gigantesque problème auquel ils sont confrontés n’est pas seulement connu depuis longtemps, il est aussi largement reconnu. Tant la Commission européenne que l’OCDE, le FMI et la Banque nationale ont déjà à mainte reprise mis le doigt sur la plaie. Nos charges salariales sont beaucoup trop élevées. Qu’attend au fond le politique pour rectifier le tir ? Manquant d’ambition, le plan de relance concocté l’année passée par le gouvernement fédéral n’a pas donné le tonus nécessaire aux transporteurs belges pour redevenir compétitifs au niveau européen. Les partenaires sociaux et le gouvernement doivent surmonter leurs appréhensions et oser aborder le débat de l’indexation automatique. Seule une réduction substantielle des charges sur le travail peut mettre fin à l’actuelle vague de faillites dans le secteur. »

05/04/2013
Recent news

More news >>