Mercedes Arocs : 625 chevaux et la PowerShift en série

Mercedes Arocs : 625 chevaux et la PowerShift en série

Après l’Actros en 2011 et l’Antos en 2012, c’est avec l’Arocs que Mercedes-Benz boucle le renouvellement complet de son offre en gamme lourde. Au programme  du véhicule de chantier allemand : un nouveau moteur Euro 6 délivrant une puissance allant jusqu’à 625 ch, la disponibilité en série de la boîte de vitesses automatisée PowerShift 3 ainsi que la déclinaison de deux variantes spécifiques, le Loader et le Grounder.

Pour se convaincre de l’importance des véhicules de chantier pour Mercedes-Benz, un seul chiffre suffit : sachez ainsi que deux véhicules de construction sur 5 au niveau mondial portent l’étoile de Stuttgart. Logique dès lors que le constructeur allemand ait mis les petits plats dans les grands au moment de porter l’Arocs sur les fonts baptismaux.

Côté look, l’Arocs ne peut nier sa parenté avec l’Antos et l’Antos dont il reprend les codes stylistiques. On pointera la grille de calandre, énorme et presque agressive, signe de la robustesse que doit dégager un véhicule de construction. Au total, ce ne sont pas moins de 14 variantes de cabine qui sont proposées, au départ notamment de deux largeurs (2,3 m et 2,5 mètres). Y compris une cabine à plancher plat – reprise de l’Actros -, une première absolue dans ce segment.

Côté moteurs, l’offre est particulièrement large puisqu’elle s’étale de 238 à 625 chevaux. L’Arocs accueille en effet un tout nouveau moteur Euro 6 – qui fera également les beaux jours de l’Actros : le six cylindres en ligne de 15,6 litres (OM473) offre des puissances de 517, 578 et 625 ch pour des couples maxis de 2.600, 2.800 et 3.000 Nm. Sa particularité : il est équipé du « turbocompound », un système utilisé en son temps par Scania puis par Volvo. Concrètement, une deuxième turbine placée en série après la turbine du turbocompresseur récupère une partie de l’énergie qui autrement serait perdue via les gaz d’échappement.  Résultat : Mercedes annonce une puissance accrue de 68 ch et une consommation diminuée de 2 %. Reste à voir si le turbocompound allemand reportera plus de succès que celui de ses confrères scandinaves chez qui il a fait long feu… Toujours en matière de chaîne cinématique, mentionnons que l’Arocs est le premier véhicule de chantier à être équipé une série d’une boîte de vitesses automatisée, en l’occurrence la PowerShift 3 (à 8 ou 12 rapports, 16 en option).

Comme l’Antos et l’Actros, l’Arocs accueille deux versions spécifiques : le Loader et le Grounder. Comme son nom l’indique clairement, le Loader a vu son poids morts réduit au minimum afin de profiter d’une charge utile maximale. Ainsi, l’Arocs en version mixer à béton 8×4/4 revendique un poids mort de 9.250 kg seulement, ce qui lui permet d’accueillir 8 mètres cubes, soit 0,5 mètre cube de plus que la normale. Quant au Grounder, il a quant à lui été optimisé pour une utilisation en conditions sévères (protections tous azimuts, épaisseur du châssis de 9 mm contre 7 ou 8 mm pour les autres versions,…).

L’Arocs fera ses grands débuts à la Bauma de Munich (15 au 21 avril) et nul doute qu’il constituera l’une des attractions de Matexpo en septembre.

30/01/2013
Recent news

More news >>