Premier essai du DAF XF : Mutation réussie

Premier essai du DAF XF : Mutation réussie

Très apprécié par les chauffeurs pour son confort et par les patrons pour son économie, le DAF XF105 laisse la place – progressivement vu qu’il n’est disponible qu’en Euro 6 – au nouveau DAF XF. C’est dire si l’héritage est lourd à porter. Après un galop d’essai orchestré dans les montagnes entourant Malaga, on peut dire que le défi a été brillamment relevé. Le nouveau porte-drapeau a conservé les qualités de l’ancien tout en gommant ses défauts.

Pour vous l’avoir présenté statiquement dans notre précédente édition, nous ne reviendrons pas ici sur les détails de la gamme du nouveau long courrier batave. Nous nous attacherons plutôt à mettre en exergue ce qui distingue l’ancien du nouveau XF. Car même s’il ne s’agit pas d’un tout nouveau véhicule (la cellule de cabine et le concept intérieur sont restés les mêmes), on peut néanmoins parler d’un réel saut de génération.

Une calandre à la Jagger !

Design. Si différent et pourtant toujours aussi reconnaissable ou comment accommoder à la sauce moderne une cellule de cabine déjà éprouvée : les designers ont réussi la gageure de donner une véritable nouvelle identité au long courrier hollandais sans en dénaturer les origines. On retrouve donc le thème de la calandre « mangée » par une grande bouche que ne renierait pas Mick Jagger, mais ici surlignée par un bandeau en aluminium du plus bel effet. Bien vu : les designers ont laissé au-dessus de la calandre un vaste espace pour permettre à l’entreprise d’y inscrire son nom, ce que leurs homologues suédois ont oublié de faire avec le FH ! Malgré la nécessaire intégration d’encombrants systèmes de refroidissement (Euro 6 fait loi…), la hauteur de cabine a pu être quasiment conservée (+ 3 cm à peine), permettant un accès aisé à l’habitacle via trois marches d’accès intelligemment placées en escalier.

Vie à bord. Le familier de la marque américano-batave ne sera pas dépaysé au moment de franchir les portes du nouveau XF. Logique : l’agencement intérieur a été délibérément conservé. Et on ne s’en plaindra pas car, pour un chauffeur, il s’agit d’un des habitacles les plus vastes et les plus pratiques du marché. Installé au volant, on découvre avec plaisir que DAF Trucks a profité du saut de génération pour améliorer la visibilité ¾ avant de son porte-drapeau : la vitre latérale est désormais d’un seul tenant tandis que le bloc de rétroviseurs entièrement repensé ne gêne plus la vue.  Les réglages de la direction sont plus amples et plus précis, ceux du siège également, ce qui garantit de bénéficier d’une bonne position de conduite.

Notons que les sièges, nouveaux, offrent désormais une bonne assise et un très bon maintien. Parmi les petits « plus » qui rendent la vie d’un chauffeur plus facile, pointons l’apparition de deux gobelets intégrés au tableau de bord ainsi que d’une poubelle directement placée à portée de mains. Déjà d’un bon niveau sur le XF105, la qualité perçue a encore gagné quelques points sur le nouveau XF. 

Au total, la capacité de rangement atteint 1.000 litres tandis que le volume total intérieur tutoie les 12,6 mètres cubes. Autant dire que l’habitabilité reste une des qualités majeures du nouvel XF.

Impressions de conduite. C’est évidemment sur la route qu’on attend le nouvel XF… au tournant ! Le bon bilan de la refonte intérieure allait-il trouver confirmation dans de bonnes dispositions dynamiques ? Pour autant qu’on puisse en juger après l’essai de deux versions différentes sur un parcours de deux fois 40 kilomètres, je répondrai sans hésitation aucune par l’affirmative. Bénéficiant d’une bonne part des gênes de son prédécesseur, le nouvel XF est bien né. Avec le premier véhicule essayé (510 chevaux en version Super Space Cab), nous avons particulièrement goûté aux plaisirs de la nouvelle variante de l’AS-Tronic : lors de notre essai du DAF XF105 ATe (voir TRANSPORT Management 72), nous avions pointé une certaine lenteur dans le passage des rapports. Celle-ci fait définitivement partie du passé : c’est à peine aujourd’hui si l’on sent les passages des vitesses qui se font dans un silence et dans une sérénité quasi monacales !  Soucieux d’économie en carburant, DAF a intégré de série la fonction « Eco-Roll » à sa boîte de vitesses automatisée : le point mort est automatiquement engagé dans les pentes peu prononcées, permettant ainsi une progression en roues libres. De plus, pour éviter des passages intempestifs de 12ème en 11ème dans certaines côtes, DAF a développé le Fast Shift : avec ce système, le passage entre ces rapports ne nécessite pas l’ouverture de l’embrayage, d’où un raccourcissement de la perte de traction et une préservation de la vitesse.

Nous avons également noté une belle amélioration de la performance du frein-moteur, surtout dans les bas régimes où, sur l’ancienne génération, la retenue était quasi nulle. La tenue de cap est sans reproche et l’isolation acoustique d’un très bon niveau. Même constat pour les suspensions, qu’elles soient mécaniques ou a fortiori pneumatiques, comme c’était le cas sur le 2ème véhicule testé. Ceci dit, nous n’avons pas eu l’occasion de les éprouver sur revêtements dégradés, les routes du sud de l’Espagne étant manifestement en bien meilleur état que celles de notre plat pays…

Notre 2ème véhicule d’essai était un XF doté de la Space Cab et du moteur de 460 ch, un véhicule « fleet » par excellence. Au final, la différence avec son grand frère plus « huppé » n’est pas énorme : la puissance est déjà largement suffisante, y compris sur des routes pentues, tandis que l’habitabilité procurée par la Space Cab est en adéquation avec une utilisation sur  longues distances. Il y a juste pour de longs voyages en double équipage qu’une Super Space Cab pourrait apporter un réel avantage concurrentiel.

Pour conclure, il y a un élément essentiel que nous ne pouvons pas évaluer ici, c’est la consommation en carburant. Ceci dit, les responsables hollandais semblent convaincus que leur moteur Euro 6 est en mesure de faire presque aussi bien que la version Euro 5 qui, rappelons-le, détient le record sur notre parcours de test. Arrogance batave ou défi relevé ? Réponse au printemps lorsque nous aurons eu l’occasion de maltraiter le nouvel XF au long des 400 kilomètres de notre circuit d’essai…

04/01/2013
Recent news

More news >>