Les 12 commandements des 3 fédérations

Les 12 commandements des 3 fédérations

Nous vous l’avions annoncé il y a quelques mois : la Febetra, TLV et l’UPTR poursuivent des discussions en vue d’une fusion des trois associations représentatives du secteur. Une nouvelle étape vient d’être franchie avec la publication commune d’un mémorandum, à destination du monde politique, reprenant leurs 12 priorités.

Objectif : aider le monde du transport belge à traverser au mieux la période difficile qu’il vit actuellement. Nous vous livrons ci-dessous l’intégralité du communiqué qui a été adressé par les trois fédérations à notre rédaction.

« La FEBETRA, TLV et l’UPTR, les trois fédérations du secteur du transport et de la logistique en Belgique, ont décidé cet été de renforcer leur collaboration, ce qui pourrait aboutir à terme à une fusion. Convaincues qu’une collaboration plus étroite ne peut qu’être favorable au secteur dans son ensemble dans la période économique turbulente que nous traversons de nos jours, les trois fédérations se sont penchées sur des mesures qui aideront le secteur belge à sortir du trou.

Les 12 priorités en annexe sont le premier résultat de leur collaboration formelle.

Partant du principe qu’il est plus aisé de critiquer que de formuler des propositions constructives, les fédérations ont décidé d’aller de l’avant et d’étayer leurs arguments d’un maximum d’éléments rationnels.

Dans ce programme en 12 points, les recommandations qui y sont formulées à l’attention des politiques se concentrent sur les problèmes essentiels auxquels le secteur belge est actuellement confronté. Avec toujours le même objectif : donner au secteur belge plus de marge de manœuvre et de confiance en l’avenir.

Les 12 priorités seront expliquées plus en détail lors de la réception de Nouvel An que les trois fédérations du transport et de la logistique organisent pour la première fois ensemble le 7 janvier 2013. »

  1. ACCES A LA PROFESSION ET AU MARCHE : Le secteur est demandeur de règles d’accès à la profession claires et équitables pour tous les transporteurs professionnels et ce, quel que soit le type de véhicules utilisés. Les fédérations plaident également pour un renforcement des contrôles et des sanctions liées au cabotage illégal.
  2. FORMATION CONTINUE : Les 35 heures de cours de la formation continue obligatoire pour les chauffeurs de camions représentent un coût important pour le secteur. Les fédérations demandent à ce que cet investissement soit soutenu par les pouvoirs publics.
  3. TAXE KILOMETRIQUE : La taxe kilométrique devra remplacer l’eurovignette. Idéalement, le futur système de taxe kilométrique devrait fonctionner à coût égal pour les transporteurs. Le secteur considère que s’agissant de lutter contre la problématique grandissante de la congestion (auto)routière, tous les usagers de la route devraient être concernés.
  4. REDUCTION DU COUT DU TRAVAIL : Dans un secteur aussi concurrentiel et mobile que le secteur transport, les fédérations estiment qu’une réduction drastique des charges sociales est indispensable pour arrêter l’hémorragie et, à terme permettre, une “re”localisation des entreprises de transport en Belgique.
  5. TRACTEURS AGRICOLES : Les promesses et accords politiques concernant l’utilisation de tracteurs agricoles doivent être mis en application de toute urgence de façon à ce que toute forme de transport soit soumise aux mêmes règles. Les nouvelles règles contre l’utilisation impropre de tracteurs agricoles (y compris donc les exceptions injustes) doivent être contrôlées de façon conséquente.
  6. INFRASTRUCTURE : Pour les organisations professionnelles, les investissements en infrastructure revêtent plus que jamais une importance cruciale. Il faut s’atteler d’urgence à l’entretien et aux chaînons manquants sans oublier la capacité des aires de repos. Les perspectives de croissance à plus long terme font que la capacité devra être augmentée.
  7. CONCURRENCE DELOYALE : Le respect de la concurrence loyale constitue une priorité pour les organisations professionnelles. C’est la raison pour laquelle les contrôles doivent davantage se concentrer sur les infractions relatives au travail au noir, au transport illicite (dont le cabotage illicite) et au détachement illicite. Les règles de demain doivent être au bénéfice de tous les transporteurs belges.
  8. DIESEL PROFESSIONNEL : Pour les transporteurs, le diesel sera encore longtemps le principal carburant. Le secteur souhaite le maintien du droit à la récupération d’une partie des accises au niveau actuel. Outre une procédure rapide exempte de paperasseries, les transporteurs désirent l’introduction d’une surcharge « gasoil » légalement obligatoire avec des sanctions à la clef.
  9. DELAIS DE PAIEMENT : Les fédérations de transport exigent des initiatives législatives visant à encourager le paiement correct des factures dans les transactions commerciales. A ce titre, le délai normal de paiement  doit être fixé à 30 jours. Les fédérations doivent pouvoir avoir la possibilité d’ester en justice afin de dénoncer tout abus.
  10. CONTROLE TECHNIQUE : Les fédérations de transport sont en faveur d’une libéralisation du contrôle technique. A côté du nombre restreint d’acteurs existants, d’autres parties devraient pouvoir être reconnues, comme cela est par ailleurs déjà le cas dans la plupart des pays européens. Efficacité, qualité et convivialité doivent devenir les mots-clefs.
  11. IMAGE ET SECURITE ROUTIERE : L’image du secteur et la sécurité font l’objet d’une attention soutenue de la part du secteur. Les fédérations de transport sont déterminées à poursuivre leurs efforts à ce niveau. Elles comptent sur le soutien et la collaboration des pouvoirs publics tant pour des études sur les causes des accidents que pour des campagnes de sensibilisation axées sur le respect mutuel des usagers de la route.
  12. ENVIRONNEMENT : Les fédérations de transport sont en faveur du principe de la co-modalité. Le transport durable est tout sauf un vain mot. Convaincu que les écocombis répondent à ces deux principes, le secteur est demandeur d’un projet-pilote. En ce qui concerne la diminution des émissions de CO2, le secteur tient à souligner que celle-ci dépendra fortement de l’amélioration de la mobilité.
07/12/2012
Recent news

More news >>