Mercedes-Benz Sprinter : un impressionnant arsenal sécuritaire

Mercedes-Benz Sprinter : un impressionnant arsenal sécuritaire

Best-seller de la marque à l’étoile, le Mercedes Sprinter vient de bénéficier d’une cure de jouvence. Au programme : systèmes de sécurité en pagaille, moteurs Euro 6 et design intérieur comme extérieur (légèrement) revisité.

Lancé en 1995, le Sprinter de Mercedes-Benz a été produit depuis lors à plus de 2,5 millions d’exemplaires. C’est dire son importance dans le cadre de la stratégie de croissance initiée par le groupe allemand sous le nom de « Van goes global ». Une stratégie basée sur trois piliers : exploitation de tous les potentiels de croissance sur les marchés traditionnels, expansion sur les nouveaux marchés en croissance et maintien d’un leadership technologique combiné à des produits attractifs. La mise à niveau du Sprinter s’inscrit parfaitement dans cette dernière optique.

Le premier à Euro 6

La sécurité est l’un des chevaux de bataille de Mercedes-Benz, en voitures comme en camions ou en véhicules utilitaires légers. Une nouvelle preuve vient d’en être apportée avec le montage sur le nouveau Sprinter de pas moins de cinq nouveaux systèmes, dont certains totalement inédits. A l’image du « Crosswind Assist », l’une des fonctions du programme de stabilité électronique visant à juguler les effets du vent latéral, particulièrement sensibles sur les fourgons. Ce système sera monté en série, au contraire du dispositif de prévention des collisions et de celui de surveillance d’angle mort qui seront quant à eux disponibles en option. Toujours sur demande, le Sprinter peut être équipé du système de contrôle de faisceau des phares (Highbeam Assist) et de maintien dans la file de circulation (Active Lane Keeping Assist).

Autre première mondiale pour l’utilitaire allemand : il est le premier de sa catégorie à être conforme à la norme antipollution Euro 6 dans toutes ses motorisations. Rappelons que cette norme, qui entrera en application en septembre 2014, limite drastiquement les émissions d’oxyde d’azote, d’hydrocarbures et de particules fines. Pour répondre à cette norme, Mercedes-Benz a recouru à la technologie SCR (Selective Catalytic Reduction, réduction catalytique sélective), déjà bien connue sur les camions et qui injecte une solution d’urée (AdBlue) dans les gaz d’échappement.

Notons que les performances des moteurs diesel restent inchangées avec des 4 et 6 cylindres développant des puissances comprises entre 95 et 190 ch (70 et 140 kW).  Un moteur essence, lui aussi conforme à Euro 6, est également au catalogue. Ce 4 cylindres à injection directe de 1,8 litre de cylindrée fait valoir une puissance de 156 ch (115 kW). Pour être complet, mentionnons encore la disponibilité d’un moteur GPL. La transmission est disponible en version manuelle (ECO-Gear à 6 vitesses) ou automatique (7G-Tronic Plus à 7 vitesses).

Rajeunissement

Côté design, pas de révolution – le Sprinter reste reconnaissable au premier coup d’œil -, mais quelques évolutions stylistiques de nature à peaufiner le dynamisme du fourgon allemand. La grille de calandre a ainsi été retravaillée : plus verticale et plus affirmée, elle intègre trois lattes perforées et cunéiformes. Elle est de plus entourée d’un cadre qui l’a fait encore mieux ressortir. Les phares, plus angulaires, offrent un look plus moderne. A l’arrière, on reconnaît le nouveau Sprinter à ses feux arrière doubles.

Intérieurement, le Sprinter accueille notamment une nouvelle sellerie et de nouvelles garnitures. Sans oublier un système radio de nouvelle génération intégrant des dispositifs de divertissement, un équipement Bluetooth ainsi que le système de navigation Map Pilot de Becker.

Nouveau record : 6,3 l/100 km

On le sait, le Crafter de Volkswagen et le Sprinter de Mercedes se livrent à une lutte sans merci pour le titre d’utilitaire léger le plus économe. Avec sa nouvelle mouture, le constructeur à l’étoile vient de frapper un grand coup puisqu’il annonce une consommation record de 6,3 l/100 km. Une performance obtenue, précisons-le, au travers de moteurs diesel à rendement élevé, de transmissions optimisées, d’un rapport de pont plus long et du pack d’efficacité BlueEfficiency Plus.

Toujours dans l’optique d’améliorer le TCO (Total Cost of Ownership) de son  best-seller, Mercedes-Benz l’a doté en série du système de calcul d’entretien Assyst. De quoi étendre la fréquence des entretiens jusqu’à 60.000 kilomètres.

06/05/2013
Recent news

More news >>